Suivre

Je crois qu'on ne peut pas apprécier le modèle d'agriculture breton à sa juste valeur si on habite pas en bordure de champs de maïs/blé.

Dès qu'il fait un peu sec, hop hop, 80% du paysage devient des toilettes publiques, version diarhée dans des citernes XXL.

Tout ça ne serait pas possible sans grosses subventions de nos institutions préférées, sans import massif de soja OGM de paysans exploités.

Bref. En principe ça pue la merde, et en pratique aussi, quoi.

@breizhux Je n'ai pas compris où tu ne comprenais pas ?

@otyugh
Ce qui venait dans le paysage, du pays d'origine quand tu parles d'importation, des paysans dont tu parles...

@breizhux Les faits en court :
En bretagne on a une grande concentration d'élevage porcins au point où :
- Pour les nourrir on doit importer du Soja OGM à bas prix
- L'épandage de lisier en masse (créant le problème de nitrate dans les eaux bretonne) ; et vu qu'il n'y a aucun écart obligatoire entre le traitement engrais/pesticide et les habitations, certains comme moi ont le plaisir de pouvoir voir des bènes à lisier épandues à 50m de là. Profiter de l'odeur assez violente.

@otyugh
Les OGM ça dépend des aggriculteurs. Et niveau prix ils ont plutôt intérêt à cultiver eux même la nourriture des bêtes.
Quand on met un engrais naturelle on râle, quand il ne l'est pas, on râle. Y'a aussi un moment où faut que les aggriculteurs puissent faire leurs métiers.

@breizhux "Les OGM ça dépend des aggriculteurs" comme pour le racisme, je ne vise pas "cette personne", je vise le problème systémique ? Référence pioché en cinq minute à l'instant : "la France n'en cultive pas assez pour nourrir ses animaux. Elle doit en importer l'équivalent de 40% de ses besoins. Sur le soja, cela représente chaque année l'équivalent de cinq millions de tonnes qui débarquent en très grande majorité du Brésil et d'Argentine." francetvinfo.fr/replay-radio/l

@breizhux "Quand on met un engrais naturelle on râle, quand il ne l'est pas, on râle."

Rien du tout, l'épandage de lisier est connu pour sa nocivité depuis très longtemps (on a empoisonné nos cours d'eau et nos rivières avec - et cassé la structures de sols). On sait tout ça depuis longtemps. La solution est simple. Il faut moins de concentration d'élevage porcins. Il faut aussi plus de paille pour faire du fumier, engrais plus stable/durable (et le côté moins odorant est bonus).

@breizhux Les agriculteurs doivent faire leur boulot, je suis 100% d'accord. Mais comme dit stallman, quand on a le choix entre mal faire le boulot ou ne rien faire du tout : on devrait ne rien faire du tout.

Si être un agriculteur moyen de nos jours c'est poursuivre avec des méthodes de la révolution verte et leurs infrastructures qui endommagent le sol et le tissus social (avec le soja lowcost), et qui en plus doit exporter la viande produite au loin... Le bilan est négatif je trouve.

@breizhux Je préfère un agriculteur au RSA qu'un agriculteur qui touche l'équivalent ou moins, à se casser la santé à faire mal. Lui et son environnement local mérite mieux.

Aussi on sait combien le productivisme fait de dégât au niveau mondial : l'export largement subventionné écrase les producteurs locaux et l'indépendance alimentaire locale, et ajoute en pression sur les petits producteurs (sur les prix)... On sait que le pb de faim dans le monde n'est pas la quantité depuis longtemps...

@breizhux Pour faire un mauvais paralèle avec les oeuvres intellectuelles, "les gens en ont besoin de la propriété intellectuelle pour manger".

Oui, actuellement c'est le cas de beaucoup. Mais sachant tout le mal que ça fait à la création (que la majorité des gens avec des droits n'en mangent pas pour autant) et le problème social et géopolitique causé, on pourrait pas tout remettre sur la table et faire mieux ?

C'est parce qu'on en est là par accident historique qu'on doit continuer ad vitam.

@breizhux ...Et je sais fort bien qu'on ne peut pas juste demander aux agriculteurs de changer sur deux brochures écolo/humanitaire. Personne ne fait ça.

Faut une volonté politique, j'en ai peur. Pour changer les modalité de subvention, par exemple, pour pousser de nouvelles pratiques, décentraliser les filières porcines en bretagne, encourager des forme d'engrais moins polluant que le lisier. Par exemple... Ça peut pas se faire du jour au lendemain, mais c'est trop lent.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon Chapril

Chapril, membre du collectif CHATONS, un projet de l'April.