Alors que nous continuons de vivre avec le covid-19 au quotidien pour une deuxième année, le gouvernement utilise encore et toujours le contexte sanitaire pour déployer des outils de contrôle et de surveillance disproportionnés.

Après le déploiement en 2020 de l’application TousAntiCovid dont l’inefficacité que nous dénoncions n’est plus à démontrer, la technologie a encore une fois été présentée comme solution à la crise sanitaire, au prix d’une dangereuse accoutumance à une logique de surveillance.

Cette année, c’est le passe sanitaire qui a fait l’objet de toutes les attentions. Originairement prévu pour une application restreinte et limitée, nous l’attaquions devant le @Conseil_Etat au mois de juin en référé, c'est-à-dire en procédure d'urgence.

En plus des problèmes de sécurité et confidentialité de données de santé que posait le QR code, le passe sanitaire instaurait en creux une obligation d’identification de toutes les personnes qui l'utilisaient et généralisait la pratique du contrôle d’identité.
laquadrature.net/2021/06/09/pa

Malgré les arguments que nous avons présentés pour démontrer la violation claire de la loi, et après avoir laissé pourrir la situation, le Conseil d’État rejetait notre recours, donnant alors toute la légitimité juridique à la banalisation et à l’extension du passe sanitaire.

thttps://www.laquadrature.net/2021/07/06/passe-sanitaire-le-conseil-detat-valide-la-violation-de-la-loi/

Nous avons ensuite dénoncé le passe sanitaire en ce qu’il représente le parachèvement d’une politique de contrôle et de surveillance entamée depuis de nombreuses années.

laquadrature.net/2021/08/19/pa

Le passe sanitaire fait ainsi passer la régulation de l’espace public à une nouvelle échelle disproportionnée, généralisant l’exclusion et le contrôle des corps anormaux grâce à la technologie du QR code et à la systématisation du contrôle d’identité.

Aucune des technologies de surveillance mises en place depuis le début de la pandémie n’a démontré son efficacité. Afin que nous puissions continuer de dénoncer les risques pour nos libertés que ces outils représentent, aidez nous en faisant un don ! laquadrature.net/donner/ #LQDoN

@LaQuadrature Quelle proposition de contrôle du [statut vaccinal]±{non contamination] faites-vous pour maintenir un espace public qui ne soit pas un lieu de transmission ?

@ffeth
La vaccination sans doute, le masque, le lavage des mains ou le gel, confiné si malade ou doute, outils à appliquer et ça le fait si TT LE MONDE s'y plie. Mais je ne suis ni médecin, ni à l'ARS, juste prof qui croise 360 élèves par semaine.
Merci lqdn pour votre travail.
@LaQuadrature

@jlgnt Je vois tellement de gens qui ne rajustent leur masque que lorsqu'on les voit ou qu'on leur fait remarquer dans un lieu partagé comme le train ou un openspace.

Clairement, le message sur l'aérosolisation n'est pas passé. Limite c'est du négationnisme scientifique de la part de l'exécutif.

Et les gens ne voient pas que même si le gouvernement prenait les bonnes mesures on resterait sur la corde raide.

@LaQuadrature

@vorpuni Si je m'en tiens à l'abstract :

The overall mask efficiency, accounting both for air that passes through the mask and for leakage flows, is reduced compared to the through-mask filtration efficiency, from 93 to 70% for talking, but from only 94–90% for coughing.

Je pense qu'on n'a pas de raison d'abandonner les masques car la contamination est dépendante de la dose de virus.

Et je voudrais bien aussi une source pour «débiles hypochondriaques»

@jlgnt @LaQuadrature

Suivre

@ffeth
Wiiki NS dit que 3,5% de la population souffre d'hypocondrie mais ne l'associe pas à la débilité, ce qui pourrait expliquer le taux inquiétant de deb. Hypo.
@vorpuni @LaQuadrature

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon Chapril

Chapril, membre du collectif CHATONS, un projet de l'April. Une fois votre compte créé, vous pouvez notamment vous abonner au compte de l'April (l'abonnement au compte admin de cette instance étant automatique).