Suivre

Un TOC (Trouble Obsessionnel Carbomaniaque). Maladie fréquente chez ceux qui n’ont jamais vraiment pris le temps de réfléchir au genre de monde dans lequel ils vivent, qui ne réalisent pas l’étendue de leur propre aliénation, de leur propre dépossession, qui n’ont jamais appris à se soucier de la nature, du sort des autres espèces vivantes, ni de celui des femmes (quel est le problème ?), etc., bref, qui ont été dûment formés par le système marchand et l’école de la République.

· · Web · 1 · 2 · 0

(Une pensée particulière pour tous les porte-drapeaux du « mouvement climat » et, plus généralement, de l’écologie médiatique, de Cyril Dion à Yannick Jadot en passant par Camille Étienne, Yann Arthus-Bertrand, Nicolas Hulot, Maxime de Rostolan, Jean-Marc Jancovici, Julien Wosnitza, Isabelle Delannoy, Hugo Clément, etc., sans oublier le lumineux « Bon pote » (nouvellement arrivé dans le cénacle).

Mais aussi une pensée pour les étatistes, alter-étatistes, alter-industrialistes et autres altercapitalistes de tout poil, qui nous racontent de mauvaises salades d'idées fausses ou passant largement à côté de nos principaux problèmes durant que tout empire inexorablement.)

C’était justement tout l’intérêt, tout l’apport de l’écologie, du mouvement écologiste tel qu’il a été défini par ses précurseurs (Charbonneau, Fournier, Grothendieck, etc.) de proposer une perspective holistique, de comprendre et d’exposer l’imbrication des choses, que tout se tient, la domination masculine, le règne de l’État (la domination du petit nombre sur le plus grand nombre), les inégalités, la destruction de la nature, etc.

Mais, évidemment, la civilisation industrielle s’est empressé de métaboliser le mouvement écologiste, et a déféqué le glorieux « mouvement climat ».

@jackhooby c’est ce que l’on entend souvent lorsque l’on fait le rapprochement entre écologie et égalité de genre par exemple :  « ça n’a rien a voir, tu mélanges tout !»  Or, si on élude la question du concept, des dénominateurs communs entre les choses, on ne comprend pas que ce qui cloche c’est le rapport a l’autre ou a notre environnement. On ne comprend pas que si je m’ épanouis au sein d’un environnement qui s’ épanouit, dans nos interactions, alors on préserve ce qu’il y a autour de nous.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon Chapril

Chapril, membre du collectif CHATONS, un projet de l'April. Une fois votre compte créé, vous pouvez notamment vous abonner au compte de l'April (l'abonnement au compte admin de cette instance étant automatique).