Suivre

Je lis de-ci de-là* que les jeunes datascientistes et développeurs sont de plus en plus en quête de métiers « éthiques » : est-ce que cette génération est investie dans le mouvement du ?

Est-ce que les mouvements militants du libre arrivent à se faire connaître auprès d'eux ? Comment faire pour que ce soit plus le cas ?

* Par exemple : lemonde.fr/campus/article/2021

· · Web · 1 · 9 · 4

@bzg Si j'en crois l'article je fais à peu près partie de la génération concernée. Ce que j'observe dans mon entourage étendu, c'est que mes pairs accordent souvent de l'importance à *une certaine* notion d'éthique, pas forcément définie explicitement ou précisément. Le logiciel libre peut y jouer un rôle, mais il n'est qu'un élément parmi d'autres, et on est sur des préoccupations assez lointaines du militantisme façon FSF / Stallman.

@deltadelta Merci pour ce retour !

En 1999, dans les cercles que j'ai pu croiser de temps en temps, le logiciel libre n'était pas l'alpha et l'omega, c'était aussi un accès à des réflexions sur d'autres sujets : le respect de la vie privée (et le danger de la surveillance, déjà connu avec les révélations sur Echelon), la sobriété numérique (et le risque de l'obsolescence programmée), etc.

Le militantisme libriste est-il perçu comme trop technique ? trop extrême ? trop de... gauche ?

@bzg J'aurais tendance à penser que les thèmes que tu cites (surveillance, sobriété) sont identifiés, mais que le militantisme libriste est perçu comme une réponse soit incomplète, soit obsolète. Je rapprocherais un peu ça de ce qu'avait écrit @aeris il y a quelques années : blog.imirhil.fr/2017/02/21/log, bien qu'il s'agisse d'un profil complètement différent.

@deltadelta @bzg Et le logiciel libre lui-même est devenu un enfer… Regarde les projets « modernes » du moment. Les tonnes de dépendance, du JS/electron partout, etc.

@deltadelta @bzg Ou tu finis sur des projets de « big data », « growth hacking » ou autre « nft »… 😑

@aeris @bzg Alors là pour moi tu décris plus l'open-source d'entreprise que le logiciel libre sauce GNU / FSF.

@deltadelta @bzg Tu me rappelles combien de softs sont devs par GNU ou FSF ? 🤔

@aeris @bzg Bah là je discute avec un contributeurs emacs donc ça me paraît pertinent ^^

Blague à part, j'aime bien la définition de @Pouhiou : libre = open-source + éthique. Mais c'est juste une question de terminologie.

@deltadelta @bzg @Pouhiou En dehors des concepts théoriques, parlons pratique : combien de projets sur lequel on aurait réellement envie de taffer ?

@deltadelta @bzg @Pouhiou Tout le truc du libre est à réinventer oui, cf mon billet. Mais on serait encore plus que des Gaulois à ce niveau…

@deltadelta @bzg @Pouhiou Limite des ET. Et encore. Et de toute façon clairement pas assez de taff pour tout le monde…

@aeris Pour moi c'est encore @Framasoft qui a la démarche la plus prometteuse sur ce point. Le LL à la Framasoft, c'est raisonner avec les gens au centre et on adapte le logiciel en fonction. Le LL à la GNU, hmm… et bien je ne veux pas préjuger des intentions, mais ça ressemble beaucoup à des programmes écrits par des informaticiens pour des informaticiens.

@deltadelta @Framasoft Oui Frama est niquel pour ça. Mais ça ne donnera a priori pas à bouffer pour tous. Et même sur pas mal de projets Framasoftisé, la base de code ne donne pas forcément super envie de bosser dessus.

@deltadelta @Framasoft C’est pas de la faute à Frama hein 🤣 C’est la mouvance technique « moderne ».

@aeris @Framasoft Hé, la question était de s'investir, pas forcément professionnellement ! Bon, je dis ça en étant conscient des limites de reposer sur le bénévolat (c'est d'actualité avec log4j2 en plus).

Mais le LL c'est justement pas que du code. C'est peut-être ça finalement le résumé du problème : le logiciel libre est excessivement centré sur le logiciel.

@deltadelta @Framasoft Même s’investir bénévolement… Ai-je vraiment envie de me farder du JS moisie embarqué dans du docker à la con ? 🤔

@deltadelta @Framasoft Les stacks techniques sont un vrai enfer aujourd’hui. Il n’y a plus vraiment de trucs intéressants à faire. Sinon des vieux trucs plus ou pas trop utilisés…

@aeris T'as le droit de bosser sur autre chose que du web, hein. Quand on parle de Framasoft on pense souvent à leurs services web mais là ce qui m'importe c'est la mentalité : l'utilisateur ou l'utilisatrice au centre. Et le logiciel suit.

@deltadelta Autre chose que du web ? 2022 ? Tu as vu l’état du marché ?

@bzg Pour la perception trop technique je n'ai pas trop l'impression : l'archétype dépeint dans l'article du monde est celui du jeune cadre, donc ce sont des gens qui sont un minimum à l'aise avec la technique, voire apprécient.

Pour le trop de gauche… J'ai presque envie de répondre « au contraire » ? Les grands questionnements du moment, expliquent à mon avis la quête de « métiers éthiques » sont l'écologie et le social. Or le logiciel libre apporte assez peu de réponses dans ce domaine.

@bzg Dans certains cas, la culture du logiciel libre est même perçue comme en contradiction avec certains principes de l'éthique en question. Il me semble, par exemple, que les personnes qui se soucient un peu de féminisme on pas mal de choses à reprocher à RMS (à tort ou à raison, je n'en sais rien), et rejettent donc des structures comme la FSF.

@deltadelta @aeris Merci beaucoup pour l'article d'@aeris, super intéressant !

Je rapprocherais ces réflexions de ce que je partageais il n'y a pas longtemps: bzg.fr/au-dela-des-licences-li

Je suis en phase avec l'esprit de l'article, mais je reste convaincu que le "nécessaire" et "suffisant" ne se déplacent pas tous deux vers la gouvernance éthique: licences libres et gouvernances éthiques sont tous deux nécessaires (même séparément), et suffisants seulements *ensemble*.

@bzg @deltadelta Alors pour le coup je veux bien la réflexion qui conduit à dire que la licence est nécessaire dans l’équation 😊

@bzg @deltadelta J’ai au moins 2-3 contre exemples où la nécessité n’est pas vrai et où la suffisance a été mis en défaut.

@bzg @deltadelta A minima la S&N nécessite de séparer la partie gouvernance en 3 :
- fondation technique (bloatware & cie)
- fondation commerciale (business model)
- fondation produit (pas d’objectif malsain)

@bzg @deltadelta Et honnêtement dans le monde actuel :
- 1 est une vaste blague sur la très très grosse majorité des projets (y compris libres) : Mastodon, Sentry, Docker…
- 3 est très souvent inexistant (le seul objectif du produit est bien souvent auto-réalisateur)
- 2 est rendu extrêmement difficile de par la situation économique des utilisateurs et la concurrence des mauvais concurrents.

@bzg @deltadelta J’ajouterai aussi pour la question de la licence qu’on se retrouve même aujourd’hui à devoir volontairement faire du non libre pour se protéger de la concurrence agressive et ne pas mourir.

Inscrivez-vous pour prendre part à la conversation
Mastodon Chapril

Chapril, membre du collectif CHATONS, un projet de l'April. Une fois votre compte créé, vous pouvez notamment vous abonner au compte de l'April (l'abonnement au compte admin de cette instance étant automatique).